Site de l'université de Franche-Comté
En Direct

Les plantes en sont BABA

Vignette du numéro 268 de Janvier 2017

Article publié dans le numéro 268 de Janvier 2017
Voir le sommaire
Télécharger le numéro


Quel point commun entre une tomate, une capucine, du blé ou une rave ? Toutes ces plantes sont capables de fabriquer par elles-mêmes de l’acide bêta-aminobutyrique, plus simplement appelé BABA, une substance qui leur donne les moyens de se défendre contre les agressions pathogènes ou environnementales. Jusqu’à présent, on connaissait les vertus de cet acide aminé utilisé en traitement sur les végétaux. Désormais, on sait que les plantes le produisent directement, et là, ce sont les chercheurs qui en sont baba.


Cette découverte majeure est le fruit d’une collaboration originale entre trois laboratoires de l’Université de Neuchâtel : le laboratoire de Biologie moléculaire et cellulaire, qui orchestre les recherches sur ce sujet sous la direction de Brigitte Mauch-Mani depuis plusieurs années, le laboratoire de Chimie organique et la Plateforme neuchâteloise de chimie analytique. « Toutes les plantes testées jusqu’ici sont dotées de cette capacité ! » rapporte la chercheure avec un enthousiasme bien compréhensible, quand on sait que cet acide aminé peut aider les plantes à se battre aussi bien contre le mildiou que le manque d’eau ou l’excès de sel dans le sol. « L’étape suivante consistera à opérer une sélection des plantes qui en produisent le plus ou le plus rapidement lorsqu’elles sont confrontées à un stress. » BABA pourrait ainsi s’avérer de très grande valeur ajoutée pour une agriculture tournée vers le respect de l’environnement.

Cependant la molécule a été très difficile à déceler, présente dans une proportion de une pour un milliard seulement, et proche d’autres particules avec lesquelles elle aurait pu être confondue. La méthode analytique développée conjointement par les trois laboratoires est totalement innovante et autorise les détections les plus fines. Les résultats obtenus par l’équipe neuchâteloise ont fait l’objet d’une publication dans la revue The New Phytologist.

Contact :

Brigitte Mauch-Mani

Laboratoire de Biologie moléculaire et cellulaire - Université de Neuchâtel

Tél. +41 (0)32 718 25 95