Site de l'université de Franche-Comté
En Direct

Les soins palliatifs, une priorité à la Haute Ecole Arc

Vignette du numéro 271 de Juillet 2017

Article publié dans le numéro 271 de Juillet 2017
Voir le sommaire
Télécharger le numéro


Suivant les recommandations de la Confédération suisse, la Haute Ecole Arc Santé développe depuis une quinzaine d’années la problématique des soins palliatifs en formation comme en recherche. Deux spécialisations sont ainsi proposées depuis 2013 aux professionnels de la santé, médecins, infirmières, psychologues, physiothérapeutes…, qu’ils exercent dans les hôpitaux, les établissements médicosociaux ou à domicile. Le Certificate of Advanced Studies (CAS) et le Diploma of Advanced Studies (DAS), mis au point avec le Centre hospitalier universitaire Vaudois (CHUV) et la Haute école spécialisée en santé du Tessin (SUPSI), se complètent de formations internes plus ponctuelles dispensées à la HE-Arc sur des thèmes comme la douleur, la souffrance ou encore l’analyse de pratiques professionnelles. « À terme, nous souhaitons développer des formations à la carte, en lien avec les besoins spécifiques des institutions, qui seraient dispensées sur place, sur le lieu de travail des professionnels », explique Pierre-Alain Charmillot, enseignant-chercheur en soins infirmiers à la HE-Arc, et instigateur de nombreux projets en soins palliatifs.

Pierre-Alain Charmillot vient d’ailleurs de recevoir un prix de l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM), pour une étude sur la prise de décision opérée conjointement par les professionnels de santé pour acter le transfert des personnes les plus nécessiteuses vers une institution spécialisée en soins palliatifs. « L’étude met en avant la pertinence des critères de sélection et le respect des souhaits du patient, elle révèle aussi le fort leadership du médecin et le rôle majeur, mais sous-estimé, des infirmières, qui détiennent des informations essentielles. Faire émerger une collaboration plus horizontale pour la prise de décision nous semble une priorité. »

Un autre projet de recherche conclu à l’échelle européenne prévoit de mesurer l’influence de la formation des soignants sur la qualité de vie des patients. Ce programme ambitieux inclut des données qualitatives et quantitatives, qui permettront à terme des comparaisons entre différents pays européens. Pierre-Alain Charmillot partage avec Sophie Pautex, médecin aux Hôpitaux universitaires de Genève, la responsabilité de la mise en œuvre de ce projet baptisé PACE dans le canton de Genève et l’Arc jurassien suisse.

« Certains projets sont aussi développés à l’interne, comme celui de serious game avec nos collègues en ingénierie : l’idée est de compléter de manière ludique la formation que reçoivent déjà les étudiants sur l’établissement de la relation avec les personnes en fin de vie. » Un premier prototype a été réalisé et testé favorablement. L’étudiant est en interaction par le texte et l’image avec infirmières et patients, pour exercer ses capacités relationnelles et vérifier son aptitude à apporter une bonne réponse à situation donnée. D’autres prototypes, basés sur d’autres environnements comme l’immersion 3D, devraient être réalisés afin de choisir la meilleure solution en termes de pédagogie pour, au final, aboutir à la commercialisation du serious game.

Contact :

Pierre-Alain Charmillot

Haute Ecole Arc Santé

Tél. +41 (0)32 930 16 22