Site de l'université de Franche-Comté
En Direct

Mieux explorer l'hémostase primaire avec BlooDe

Vignette du numéro 269 de Mars 2017

Article publié dans le numéro 269 de Mars 2017
Voir le sommaire
Télécharger le numéro


L’hémostase primaire est la première étape d’un processus physiologique par lequel notre système sanguin a la capacité de stopper un saignement. Elle associe les plaquettes sanguines et une protéine circulante, le facteur Willebrand, dans un mécanisme normalement bien rodé : le facteur Willebrand s’immobilise dans la plaie vasculaire au contact de fibres de collagène que la blessure a mises en contact avec le sang ; c’est par cet intermédiaire que les plaquettes peuvent s’agréger, et former le clou plaquettaire mettant un terme initial au saignement. Le projet BlooDe (Blood Device) vise à reproduire ce processus au plus proche de la réalité, dans un dispositif biomédical qui permettra de mieux explorer le fonctionnement des plaquettes et du facteur Willebrand, et les interactions en jeu.

Guillaume Mourey est médecin biologiste, il dirige le laboratoire d’hémostase de l’Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté, et assure des consultations d’hémostase au CHRU de Besançon. « Le dispositif BlooDe aura pour avantage de recréer les conditions du processus naturel d’hémostase primaire, en mimant l’atteinte de la paroi d’un vaisseau, ce qui correspond à la réalité d’une plaie, et avec écoulement de sang, ce qui tient également d’un fonctionnement réel ».

Un système microfluidique spécifique à la reproduction du processus de l’hémostase primaire in vitro est en gestation à l'Institut FEMTO-ST, porteur du projet, sous la houlette de Wilfrid Boireau, au département Micro nano sciences et systèmes (MN2S). Du sang provenant de prélèvements réalisés à l’EFS circulera dans un canal biofonctionnalisé, en circuit fermé. En un endroit précis sur les parois de ce canal, la présence de collagène, synonyme d’atteinte des vaisseaux, fera se déclencher le processus d’hémostase. « Nous aurons à déterminer différents paramètres comme les conditions de pression ou le diamètre du canal pour mener à bien nos expériences, et appliquerons des contraintes d’écoulement et de cisaillement telles qu’elles surviennent in vivo ». Les tests porteront sur le sang d’une population témoin, sans troubles de l’hémostase primaire, puis sur celui de patients souffrant d’un dérèglement du processus. Le nouveau dispositif pourra être utile au diagnostic d’une anomalie de l’hémostase primaire, au contrôle et au réajustement éventuel de traitements antiplaquettaires, et à la prédiction du risque hémorragique chez les patients traités et devant subir une intervention chirurgicale.

Les premiers prototypes du projet BlooDe seront installés pour essais dans les laboratoires d’hémostase de l’EFS de Besançon, de l’hôpital universitaire de Genève et du CHU de Dijon. Le collagène de synthèse utilisé pour fonctionnaliser le canal, breveté, plus facile à manipuler et à fixer sur une surface que la protéine naturelle, est fourni par la société dijonnaise NVH MEDICINAL.

Officiellement lancé en octobre 2016, BlooDe est un projet Interreg signé pour vingt-quatre mois, dont les coordinateurs sont l’université de Franche-Comté côté français et l’université de Genève côté suisse.

Contact :

Guillaume Mourey

EFS Bourgogne - Franche-Comté

Tél. +33 (0)3 81 61 56 15r