Université de Franche-Comté

L’empire des sables,
un travail de mémoire au Sahel

Large bande traversant l’Afrique d’ouest en est, de la Mauritanie à l’Érythrée, le Sahel est un espace de transition entre le désert du Sahara au nord et la savane soudanaise au sud. À l’intérieur de ce vaste territoire, la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Burkina-Faso constituent un ensemble saharo-sahélien marqué par les conflits depuis des décennies. Des débuts de l’aventure coloniale dans cette région au XIXe siècle jusqu’aux interventions actuelles pour aider à y endiguer le fléau du terrorisme, l’armée française est impliquée sur le terrain. C’est cette histoire longue de plus d’un siècle que propose d’aborder Emmanuel Garnier dans son livre L’empire des sables. Cet ouvrage, rédigé à partir d’archives de l’armée jusqu’alors inexploitées, marque aussi une collaboration de plusieurs années de l’historien avec les militaires français sur le terrain. En reconnaissance des recherches accomplies et de la qualité du « travail de mémoire » dont il fait l’objet, il vaut à son auteur le prix des Cadets 2020 de la célèbre école d’officiers de Saint-Cyr Coëtquidan.

Historien spécialiste de la gestion des risques au laboratoire Chrono-environnement, Emmanuel Garnier étudie les risques naturels aussi bien que les risques géostratégiques à l’aune des enseignements du passé. Au Sahel, il montre comment le fondamentalisme islamique, qui s’est développé dans les années 2000 dans cette région du monde à la faveur de situations politiques fragiles, est la donnée récente d’un problème posé de longue date. Historiquement, le Sahel est peuplé de nomades et de sédentaires qui vivent sur le même territoire mais que rien ne rassemble. Issus de différentes ethnies, tous composent un puzzle fragmenté dont les nouveaux États, nés des indépendances au cours du XXe siècle, ont souhaité assembler les morceaux sous la tutelle d’un pouvoir centralisé et détenu par des sédentaires.

C’était sans compter sur le rejet des peuples nomades d’une organisation mettant à mal leur autorité propre et reniant leur indépendance. Les soldats coloniaux détenaient cette clé de compréhension historique ; ce sont eux qui, sur le terrain, avaient appris à connaître les nomades, à mesurer la complexité des situations et leurs enjeux. Témoignant de tous les événements passés « avec une homogénéité et une continuité exceptionnelles depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’aux années 1960 », leurs écrits racontent les racines de la montée du radicalisme religieux d’aujourd’hui, provoquant la rupture des équilibres régionaux et l’essor de la violence. En interrogeant cette mémoire archivée, l’auteur poursuit deux objectifs : faire comprendre l’importance de l’expérience historique pour aborder le présent de façon éclairée, et, de façon plus globale, proposer une lecture dépassionnée du chapitre de la colonisation pour qu’enfin s’apaisent les tensions autour de cette période de l’histoire.

 

Garnier E., L’empire des sables, la France au Sahel, 1860-1960, éditions Perrin, 2018

retour