Université de Franche-Comté

Propositions pour la gestion de l’énergie dans les villes intelligentes

Que l’on considère leurs dimensions, leur façon de se développer ou même leur âge, il est difficile de comparer les villes suisses et les villes russes. Cette particularité s’ajoute au cahier des charges du projet Smart CityZens, qui veut proposer des solutions concrètes pour améliorer la gestion de l’énergie et de la mobilité dans les villes connectées de demain. Ce projet implique 17 étudiants des établissements partenaires des deux pays¹, sous l’impulsion des villes concernées : Bâle, Neuchâtel, Samara ont chacune des problématiques et des ambitions qui, une fois mises en commun et discutées, pourraient orienter vers des solutions communes ou tout au moins s’inspirant les unes et les autres.

Le projet porté par la Haute école de gestion Arc (HEG Arc) est financé par l’agence Movetia², et concerne des étudiants en économie d’entreprise, en informatique de gestion et en ingénierie informatique. Pour Guillaume Chappuis, coordinateur de l’enseignement à la HEG Arc et engagé dans le développement des liens suisso-russes, « mutualiser les compétences d’étudiants venant de filières et d’horizons différents apporte une véritable plus-value à la démarche ». Il partage à la fois la responsabilité du projet et ce ressenti avec Zarina Charlesworth, professeure de marketing et spécialiste de la recherche en pédagogie à la HEG Arc, pour qui « l’esprit partenaire, l’interdisciplinarité et la dimension interculturelle sont des atouts majeurs de Smart CityZens ».

 

Des équipes complémentaires

Photo Daan Stevens / Unsplash

Quatre équipes composites d’étudiants travaillent ainsi dans des directions complémentaires : la combinaison d’énergies comme le solaire, la biomasse et l’éolien pour élaborer des systèmes efficients à l’échelle d’un quartier ; l’incitation des consommateurs à optimiser leur consommation énergétique ; la construction de nouveaux modèles économiques pour les fournisseurs d’énergie ; les questions de mobilité et notamment la gestion des transports publics. Les premières idées ont été lancées lors d’une première semaine de travail en groupe organisée à Neuchâtel en février dernier. On peut citer à titre d’exemple le projet de création d’abribus intelligents offrant des services tels que la possibilité d’accéder au Wi-Fi ou de recharger son smartphone. Les pistes continuent à être explorées par les étudiants dans leurs établissements respectifs et feront l’objet d’un nouvel échange d’une semaine sur le sol russe, en principe en juillet. Ce projet intervient dans le cadre de relations instituées depuis plusieurs années entre la Suisse et la Russie, pour lesquelles le Centre de recherche et de formation suisso-russe RUNO a été créé en 2012 à la HEG Arc.

 

 

¹ La Haute école de gestion Arc (HEG Arc), l’université des sciences appliquées du nord-ouest de la Suisse FHNW, l’université d’État d’économie de Samara et l’université d’État d’Omsk. Le projet Smart CityZens est soutenu par les villes de Neuchâtel et de Bâle en Suisse et de Samara en Russie, et les chemins de fer fédéraux suisses (CFF).
² Agence nationale suisse pour la promotion des échanges et de la mobilité au sein du système éducatif.
Contact(s) :
Haute école de gestion Arc
Guillaume Chappuis
Zarina Charlesworth
Tél. : +41 (0)32 930 20 65 / 20 39
retour