Université de Franche-Comté

Paroles d’ouvriers en ligne

En 1986, l’écrivain Jean-Paul Goux consigne deux années d’enquête sur la vie ouvrière dans le Nord Franche-Comté dans Mémoires de l’enclave, récits d’industrie.

L’ouvrage, qui accomplit un projet à la fois littéraire et historique, sera réédité en 2003 chez Actes Sud. Pas moins de 600 pages témoignant d’un monde industriel en pleine mutation, dans lesquelles se côtoient ouvriers, cadres et syndicalistes, à travers plus de 70 entretiens réalisés par l’auteur. Pour nourrir son écriture et documenter le propos, Jean-Paul Goux enregistre des interviews, prend des photos, note des commentaires, noircit des dizaines et des dizaines de feuillets d’une écriture serrée. C’est l’ensemble de ce corpus que l’Action MOJPG (Mémoires ouvrières Jean-Paul Goux) se propose de rendre consultable en ligne. Enseignantes à l’université de Franche-Comté et chercheures en sciences du langage au laboratoire ELLIADD, Andrée Chauvin-Vileno et Sandra Nossik sont toutes deux responsables de l’Action MOJPG. « Le corpus entourant Mémoires de l’enclave constituera la base documentaire d’une mémoire ouvrière régionale. Elle s’enrichira peu à peu d’autres archives, notamment d’enquêtes réalisées par des étudiants en 3e année de licence en sciences du langage, qui, 30 ans après Jean-Paul Goux, sont eux aussi allés à la rencontre d’ouvriers en retraite et de leurs parcours de vie. »

Les archives seront mises à la disposition de tous, chercheurs en littérature, en linguistique, historiens, sociologues et tout public intéressé, grâce à leur numérisation via la plateforme technologique de la MSHE Claude-Nicolas Ledoux, et particulièrement de l’unité NuAnces (Numérisation et analyse de corpus pour la recherche scientifique). « L’exploitation et la valorisation d’archives littéraires procèdent d’une longue tradition au laboratoire ELLIADD, raconte Virginie Lethier, également enseignante-chercheure en sciences du langage à l’université de Franche-Comté. L’acquisition d’équipements de pointe tels des scanners non destructifs a encouragé cette démarche. »

Les normes sociolinguistiques donnent le ton

À la MSHE, le spécialiste de linguistique Christopher Boulogne transcrit les premiers contenus enregistrés sur cassettes, en tenant compte de normes bien précises : inflexions de voix, hésitations, pauses et autres éléments de langage paraverbal sont fidèlement intégrés au fil du texte, et contribuent à faire vivre les paroles à l’écrit aussi. « Une version écrite des 73 entretiens avait été réalisée pour l’élaboration du livre, cela représente un travail colossal et une base précieuse, rapporte Christopher Boulogne. Cependant, les apports de la sociolinguistique donnent une autre dimension à la transcription. » Et demandent du temps supplémentaire : pas moins de 16 à 20 heures sont nécessaires pour traiter le contenu d’1 h 30 d’entretien sur bande magnétique.

Du côté des textes et des images, le travail de Nicolas Gutehrlé comporte une part technique, avec un traitement graphique pour assurer une bonne qualité de numérisation, en même temps qu’il s’apparente à celui de l’archiviste, comprenant indexation et description des documents. À cette image, l’Action MOJPG est polyvalente et requiert les compétences de chercheurs de différentes disciplines ; elle est engagée pour 3 ans (2019-2021) grâce au financement de la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Goux J.-P., Mémoires de l’enclave, Actes Sud, mai 2003
Crédits photos : © Jean-Paul Goux
Contact :
Laboratoire ELLIADD
Université de Franche-Comté
Andrée Chauvin-Vileno / Sandra Nossik
Tél. +33 (0)3 81 66 51 45
retour