Université de Franche-Comté

Nouvelles nuances de noir

L’horlogerie, le luxe et la maroquinerie sont des domaines dans lesquels la demi-mesure n’existe pas, et tous se battent contre un ennemi commun : la corrosion. Celle-ci affecte les couleurs appliquées aux pièces, et plus particulièrement le noir profond, nuance prisée dans l’industrie du luxe. L’élément chimique à l’origine de cette coloration noire est le ruthénium, un métal sensible à la température et à l’humidité, et dont la corrosion peut avoir un effet néfaste sur la conductivité électrique ou l’aspect. Dans ce contexte, le projet Interreg RUNACOR (RUthénium Noir AntiCORrosion) démarré fin 2016 a pris le pari d’améliorer les revêtements à base de ruthénium afin de les rendre plus performants dans des domaines où l’exigence est de rigueur.

Au total, cinq partenaires transfrontaliers1 issus des domaines du traitement de surface, de l’horlogerie, de la maroquinerie et de la connectique gravitent autour de ce projet prometteur, le ruthénium présentant aussi, outre son aspect décoratif, un intérêt pour les pistes de contact dans les cartes à puces.

De nombreux tests ont été réalisés avant d’obtenir un résultat satisfaisant. Nouveaux matériaux et procédés innovants ont permis d’amoindrir la porosité des sous-couches jusqu’alors utilisées avant l’application du revêtement au ruthénium, cette porosité étant en grande partie responsable de la dégradation et de la corrosion des surfaces. La formulation de nouveaux complexes a donné lieu à des bains de ruthénium noir adaptés aux contraintes des différents domaines d’application. Deux ont été retenus, l’un pour l’horlogerie, l’autre pour la connectique. Dans ces deux domaines, illustrant chacun deux applications bien différentes du ruthénium, les nouveaux revêtements mis au point sont dorénavant plus performants, et répondent aux contraintes imposées par le cahier des charges : le ruthénium noir est devenu nettement moins sensible à la corrosion, même dans des conditions de chaleur humide ou de brouillard salin.

L’équipe franco-suisse a présenté ses recherches lors de la 6e édition du colloque TRICOAT – FINISHAIR organisé à Besançon, un événement désormais incontournable pour les professionnels du traitement de surface. Cette année, la manifestation a réuni plus de 180 participants et fait intervenir 20 conférenciers issus du monde industriel – un public de choix pour apprécier les avancées du projet RUNACOR, qui devrait se conclure à la fin de l’année.

1 Saulcy Traitement de surface (coordinateur suisse : Frédéric Saulcy) STS Le Sentier et CIFOM La Chaux-de-Fonds pour la Suisse, FMI-Bulor École-Valentin, LINXENS Mantes-la-Jolie et UTINAM pour la France.
Crédits photos : © Pixabay, © Institut UTINAM
Contact :
Institut UTINAM
Université de Franche-Comté / CNRS
Jean-Yves Hihn
Tél. +33 (0)3 81 66 20 36
retour