Université de Franche-Comté

Moteurs historiques en action

Les voitures et leurs mécanismes attisent l’intérêt du plus grand nombre. Musées, collections privées et passionnés cherchent à optimiser la conservation de tout un patrimoine technique, dont font notamment partie les moteurs de certains véhicules anciens. Le projet ACUME-HV de la Haute Ecole Arc Conservation-restauration, produit d’une formation technique scientifique, vise à mettre en place une méthode non-invasive de diagnostic des moteurs de ces véhicules, afin de les remettre, si possible, en état de marche. Bien que la valeur culturelle d’un véhicule ancien dépende, entre autres, de l’état de conservation de ses différents mécanismes, la remise en fonctionnement de moteurs éteints depuis longtemps comporte des risques.
L’équipe du projet ACUME-HV, financé par la HES-SO et son Réseau de compétences design et arts visuels, a cherché à s’appuyer sur des techniques contemporaines utilisées sur les moteurs dans le milieu de l’industrie. C’est ainsi que la méthode de l’émission acoustique a été pressentie, une méthode basée sur une analyse vibro-acoustique permettant de percevoir les défauts dans un moteur avant même que l’oreille humaine puisse les détecter.

 

Fixation d'un capteur sur un moteur ancien pour analyse vibro-acoustique

Fixation d’un capteur sur un moteur ancien pour analyse vibro-acoustique
© HE-Arc Conservation -restauration

Depuis août 2018, ACUME-HV mobilise cette technique de manière inédite en l’appliquant aux véhicules anciens. L’objectif ? Trouver un moyen d’objectiver un constat et de proposer des outils aux experts pour décider ou non de la remise en fonctionnement des moteurs. L’équipe met en pratique ce diagnostic par émission acoustique sur les moteurs de trois Renault AG1, les fameux Taxis de la Marne, mis à disposition par le Musée national de l’automobile de Mulhouse. Ces véhicules présentent des stades de conservation différents, permettant de tester la technique de l’émission acoustique et d’enregistrer des réponses variées, mais comparables, de la part des moteurs. La première étape de l’analyse porte sur leur partie mécanique, lors d’une phase réalisée « à froid », sans démarrage du moteur. « Le moteur est entraîné à la main grâce à une manivelle : les données sont alors enregistrées et reportées sous forme de courbes pour élaborer une analyse préliminaire », explique Laura Brambilla, responsable du projet. Il s’agit alors de décider si les moteurs sont prêts à passer à une deuxième étape : l’analyse « à chaud », sur la partie combustion.

Treize mois après son lancement, ACUME-HV a réussi à prouver l’efficacité de la première étape du diagnostic par émission acoustique ; ces expériences seront poursuivies d’ici janvier 2020, date marquant la fin du projet.
L’équipe s’attachera donc à confirmer ses premières performances lors de l’examen du moteur « à chaud ». Un travail de grande envergure pour les chercheurs avec, à la clé, un outil de diagnostic pour la remise en marche sans encombre des véhicules qui ont ponctué notre histoire.

Contact :
HE-Arc Conservation-restauration
Laura Brambilla
Tél. +41 (0)32 930 19 36
retour