Université de Franche-Comté

Daniel Hissel honoré par la médaille de l’innovation du CNRS

Professeur en génie électrique et systèmes pile à combustible à l’université de Franche-Comté, chercheur à l’Institut FEMTO-ST dans ces mêmes spécialités, directeur adjoint de la fédération nationale de recherche sur l’hydrogène FRH2, Daniel Hissel est lauréat de la médaille de l’innovation 2020 du CNRS. Une récompense des plus prestigieuses, couronnant des recherches novatrices dans le domaine de la technologie, ici entièrement dédiées à l’hydrogène et à ses applications. « C’est l’ensemble des travaux réalisés et menés collectivement sur le territoire par des équipes remarquables qui sont récompensés par cette médaille », tient d’emblée à préciser l’heureux lauréat.

©Cyril FRESILLON / FEMTO-ST / CNRS Photothèque

Et c’est un beau cadeau d’anniversaire : l’aventure hydrogène commence voilà tout juste 20 ans sur le sol du Nord Franche-Comté, soutenue par les élus locaux alors qu’elle est encore loin de figurer au rang des priorités nationales. Le champ d’activités s’étoffe au fil des années, se structure avec la création de la fédération FCLab en 2012, et la petite équipe de pionniers des débuts grossit au point qu’aujourd’hui pas moins de 100 personnes sont impliquées dans les recherches sur l’hydrogène à Belfort. Une équipe pluridisciplinaire que les sciences humaines et sociales ont depuis longtemps intégrée, afin de prendre en compte la dimension sociétale et économique de l’enjeu, et de nourrir la réflexion sur la transition énergétique. En 2020, FCLab devient une unité de service et de recherche du CNRS pour répondre mieux encore aux nouvelles demandes des partenaires extérieurs. Installés sur le site de Techn’hom, les bâtiments abritent une plateforme technologique aux capacités expérimentales exceptionnelles.

La visibilité et la renommée de l’équipe comme des moyens techniques sont sans conteste internationales, ainsi qu’en témoignent les signatures de partenariats publics et privés à l’échelle de la planète et l’accueil régulier à Belfort de chercheurs en provenance du monde entier. Une success story favorisée par la montée en puissance du vecteur hydrogène dans les plans de reconversion énergétique des États. « La maturité technologique est acquise, la maturité commerciale est en passe de l’être, et l’hydrogène apporte de vraies réponses dans le cadre de la transition énergétique. Les projets foisonnent, et nous sommes aujourd’hui sollicités au quotidien pour y participer », explique Daniel Hissel.

Le chercheur belfortain et son équipe concentrent leurs efforts vers l’amélioration de l’efficacité énergétique, l’augmentation de la durée de vie et la réduction du coût des systèmes hydrogènes. Les recherches concernent aussi bien l’énergie, pour la fourniture de chauffage ou d’électricité dans les logements et les bâtiments, que le transport, avec l’intégration des systèmes dans les véhicules, du quadricycle à l’automobile, du semi-remorque à l’avion de tourisme. Issue de ces travaux, la spin-off H2SYS, pilotée par Sébastien Faivre, soutenue dans sa phase de maturation par la SATT Sayens, assure la fabrication et la commercialisation de groupes électrogènes fonctionnant à l’hydrogène ; créée en septembre 2017, la jeune entreprise emploie 10 personnes à Belfort. Du côté de l’enseignement, différentes formations prennent le relais de la recherche auprès des étudiants, comme le CMI Hydrogène-énergie et efficacité énergétique (H3E) ouvert en 2014 à l’université de Franche-Comté (Cursus master en ingénierie, UFR STGI, Belfort).

« L’écosystème hydrogène est aujourd’hui complet sur la région, c’est un contexte très favorable pour le développement de nos activités », souligne Daniel Hissel. La filière reçoit le soutien fort de la Région Bourgogne – Franche-Comté, qui prévoit de lui accorder 90 millions d’euros d’investissement supplémentaire pour la décennie à venir.

Échos du CNRS

Daniel Hissel, lauréat 2020 de la médaille de l’innovation, Nadia Steiner lauréate 2019 d’une médaille de bronze… ce sont deux chercheurs de l’équipe SHARPAC du département Énergie de l’Institut FEMTO-ST qui se voient honorés, à un an d’intervalle, pour leurs recherches sur l’hydrogène. Parmi les distinctions décernées par le CNRS, « la médaille d’or distingue l’ensemble des travaux d’une personnalité scientifique de renom ; la médaille de l’innovation honore une recherche exceptionnelle sur le plan technologique, thérapeutique, économique ou sociétal ; la médaille d’argent est remise à des chercheurs et des chercheuses déjà reconnus sur le plan national et international ; la médaille de bronze récompense le premier travail d’un chercheur ou d’une chercheuse prometteur dans son domaine ». Pour mémoire, Aude Bolopion, dans le domaine de la microrobotique était également lauréate d’une médaille de bronze en 2019 à l’Institut FEMTO-ST (département AS2M).

Contact(s) :
Département Énergie
Institut FEMTO-ST – UFC / ENSMM / UTBM / CNRS
Daniel Hissel
Tél. +33 (0)3 84 58 36 21
retour