Université de Franche-Comté

L’ISIFC en extension

Bâtiment de l'ISIFC

Photo Nicolas Waltefaugle

À la croisée des sciences pour l’ingénieur, des sciences de la vie et de la santé, et des sciences juridiques, l’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté (ISIFC) propose des formations dédiées à la conception de dispositifs médicaux(1). Sa forte attractivité auprès des étudiants et les besoins en compétences des entreprises du domaine motivent son souhait d’augmenter ses capacités d’accueil. Pour atteindre cet objectif, l’école prévoit un agrandissement de ses locaux à Besançon à l’horizon 2022.
L’ISIFC est une composante à part entière de l’université de Franche-Comté. Créé en 2001, l’institut a aujourd’hui le recul nécessaire pour évaluer son parcours et envisager son avenir. En quinze ans, 579 étudiants y ont décroché leur diplôme d’ingénieur, et 88 % d’entre eux ont obtenu un travail dans une moyenne de deux mois suivant la fin de leurs études : 24% dans des PME et start-up de la région, et presque autant dans de grandes structures en Suisse, qui compte plusieurs leaders mondiaux du dispositif médical. Les entreprises sont nombreuses à solliciter les compétences des étudiants : pas moins de 150 offres de stage sont émises chaque année, pour 40 étudiants candidats. Un succès qu’explique Vincent Armbruster, le directeur de l’ISIFC : « Seulement quelques écoles d’ingénieurs proposent des formations dans ce domaine en France. L’ISIFC présente en outre la particularité d’orienter plus spécifiquement son enseignement vers l’industrie. »

(1) Un dispositif médical désigne tout instru­ment ou équipement utilisé à des fins de diagnostic, de prévention, de contrôle et de traitement d’une maladie ou d’une blessure. Une paire de lunettes, un endoscope, un IRM ou une prothèse de hanche en sont des exemples.

Une demande forte des industriels

L’ISIFC souhaite aujourd’hui répondre à la demande croissante d’un tissu industriel en pleine ébullition et au vœu de candidats toujours plus nombreux à postuler. Le scandale sanitaire des prothèses PIP au début des années 2010, dont l’actualité récente a fait surgir de nouveaux spectres, a motivé une révision de la réglementation européenne relative aux dispositifs médicaux. L’application de la nouvelle loi, votée en 2017, est prévue de manière progressive dans un délai de trois à cinq ans selon les dispositifs concernés, un laps de temps que devront mettre à profit les industriels pour s’adapter.
La directive prévoit, entre autres, une augmentation des essais cliniques sur les dispositifs médicaux. Charge aux fabricants de répondre désormais à cette exigence. Du côté de l’ISIFC, on est sereins. Vincent Armbruster souligne que « l’ISIFC est la première école à pousser aussi loin la connaissance des études cliniques au niveau ingénieur, avec des cours dédiés depuis plusieurs années. » De façon globale, enseignements et stages permettent aux étudiants d’être rapidement opérationnels, et de pouvoir échanger avec un industriel aussi bien qu’avec un médecin.
Grâce à la future extension de ses locaux, l’ISIFC envisage, entre autres, de recruter 70 ou 75 étudiants par promotion, contre 50 actuellement. Pas plus, car l’école tient à conserver sa philosophie de proximité et de convivialité. Le projet s’inscrit dans le cadre du contrat métropolitain signé entre la Région Bourgogne – Franche-Comté et le Grand Besançon, prévoyant l’accompagnement de projets structurants sur ce secteur. Également financée par l’université de Franche-Comté, l’extension de l’ISIFC représente un budget global de 5 millions d’euros, et devrait être réalisée
en 2022.

Diplômes d’université pour industriels motivés

Stimulées par une nécessaire montée en compétence, les entreprises du secteur du dispositif médical sont amenées non seulement à embaucher davantage d’ingénieurs spécialisés, mais aussi à proposer de nouvelles formations à leurs collaborateurs en interne. C’est pour répondre à ce besoin que l’ISIFC ouvre cette année deux diplômes universitaires (DU) à destination des fabricants, sous-traitants et consultants : affaires réglementaires et affaires cliniques. D’une durée respective de 56 et 33,5 heures, les formations sont concentrées sur quelques jours d’affilée, en janvier et février pour les premières sessions. La création de ces DU intervient dans le prolongement de la Rentrée du dispositif médical, une journée de formation et d’échange organisée à l’initiative de l’ISIFC, qui chaque année réunit plus de 150 industriels de toute la France autour des dernières actualités du domaine.

Contact : ISIFC - Vincent Armbruster - Tél. +33 (0)3 81 66 66 90 - vincent.armbruster[at]univ-fcomte.fr
retour