Université de Franche-Comté

Certification automatique des chronomètres mécaniques

L’Observatoire de Besançon adopte un système de certification automatique des chronomètres mécaniques. Mis au point par des ingénieurs et techniciens bisontins, ce dispositif innovant satisfait toujours plus l’exigence liée à la délivrance du fameux poinçon à tête de vipère.

 

Bulletin de marche d'un chronomètre mécaniqueIl intéresse les passionnés d’horlogerie mécanique, les amoureux des montres de facture traditionnelle : le poinçon à tête de vipère délivré par l’Observatoire de Besançon garantit la bonne marche d’un chronomètre mécanique, selon une norme tolérant une incertitude d’une seconde sur la lecture de l’heure de la montre.
Fort d’une expérience séculaire en la matière, l’Observatoire de Besançon est le seul organisme accrédité en France pour délivrer le bulletin de marche d’un chronomètre mécanique. François Meyer, Joël Petetin et Emmanuel Tisserand, de l’Observatoire de Besançon, et Olivier Lehmann, de l’Institut FEMTO-ST, ont mis au point un système automatisé de prises de mesure, capable de « lire » l’heure sur tout type de montre à aiguilles. Comparé à l’ancienne méthode, ce dispositif automatise, fiabilise et accélère les processus de prises de mesure menées au cours des 3 semaines de qualification des chronomètres mécaniques. Il permet aussi d’assurer la traçabilité des mesures effectuées, avec un archivage de données ayant valeur de preuve.

 

Prises de mesure et d’image en simultané

Certification d'un chronomètre mécanique à l'Observatoire de Besançon Le système, composé d’un logiciel, d’une caméra et d’un système de datation des prises de vue, détecte la position des aiguilles de la montre, qu’il compare avec les signaux de l’horloge atomique de référence ; les prises de mesure et d’image sont simultanées. L’éclairage de la montre a été étudié pour supprimer les ombres et les reflets invariablement générés par le verre et les nuances du cadran, afin que le dispositif repère très exactement la position angulaire des aiguilles lors de la prise de mesure. Car l’étalonnage s’effectue sur la montre finie et non sur le mouvement seul, une particularité qui ajoute à la reconnaissance de l’Observatoire bisontin dans le monde horloger. C’est sous la forme d’une coupole lumineuse irradiant l’objet qu’un éclairage optimal a pu être obtenu. La perception de l’infinie variété des cadrans et des aiguilles, si elle est aisée pour l’œil humain, est d’une grande complexité pour les capteurs d’une caméra et sa traduction logicielle. Pour remédier à cette contrainte, la montre porte un QR Code, une sorte de carte d’identité indiquant ses principales caractéristiques, notamment la forme des aiguilles et les repères de cadran, pour que le système l’identifie sans erreur.

 

Système opérationnel

Le système est entré en service opérationnel en septembre 2018, après deux années consacrées à valider, en parallèle avec le système manuel, la capacité du nouvel instrument à s’adapter à toutes les configurations de cadrans et d’aiguilles possibles.
L’Observatoire de Besançon délivre environ 200 bulletins de marche de chronomètres par an, un marché de niche très haut de gamme qui concerne de petites séries ou des pièces uniques que lui confient les plus grands noms de l’horlogerie, tels que Tag Heuer, Laurent Ferrier, Urban Jürgensen, Dodane 1857, SMB (Lip)…

Contact : Observatoire des sciences de l’Univers de Besançon - OSU THETA de Franche-Comté - Bourgogne - Joël Petetin - Tél. +33 (0)3 81 66 69 30 - joel.petetin[at]obs-besancon.fr
retour