Site de l'université de Franche-Comté
En Direct

Les tiques, entre vampires et mutants

Vignette du numéro 275 de Mars 2018

Article publié dans le numéro 275 de Mars 2018
Voir le sommaire
Télécharger le numéro


Accusées d’inoculer sournoisement des maladies à l’animal et à l’homme, les tiques sont dans le collimateur des spécialistes de l’environnement et de la santé. Elles sont la cible d’une récente thèse sur l’influence que peut avoir le paysage sur leur prolifération et sur les maladies qu’elles véhiculent.

 

Mulot sylvestre nymphe de tique

Mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) et nymphe de tique (Ixodes ricinus)

Crédit photo Grégoire Perez

Les tiques sont les principaux vecteurs d’agents pathogènes en zone tempérée. Ixodes ricinus est la plus répandue des quelque quarante espèces connues en Europe, et celle qui transmet le plus de maladies à nombre d’animaux sauvages et domestiques, ainsi qu’à l’homme. La piroplasmose, générée par un parasite, provoque l’éclatement des globules rouges dans le sang et atteint essentiellement les bovins ; l’anaplasmose, due à une bactérie, provoque syndromes grippaux, chute de production laitière et avortements chez les bovins, et il en existe une forme humaine ; la maladie de Lyme enfin, qui défraie la chronique depuis de nombreux mois, est également due à une bactérie, du genre Borrelia, et peut provoquer troubles articulaires, neurologiques et cardiaques chez l’homme comme chez l’animal.

Dans sa thèse soutenue en mai 2016 à l’université de Rennes I, et dont il a présenté les résultats à son arrivée au laboratoire Chrono-environnement, Grégoire Perez a étudié la circulation de ces agents infectieux chez les différents hôtes des tiques, et regardé comment le paysage a une influence sur leur prolifération. L’étude a été réalisée dans la Zone atelier Armorique, selon un gradient paysager incluant une forêt et sa lisière, un bocage agricole constitué de petites parcelles de cultures mixtes entourées par des haies, et de grandes surfaces dédiées aux cultures céréalières. « Même si les paysages agricoles comptent davantage de mulots sylvestres, la composition des hôtes ne varie guère d’une structure paysagère à l’autre », rapporte le jeune chercheur. Même constat pour la quantité de tiques, ramassées sur les différentes zones. « Contre toute attente, le nombre de tiques n’est sensiblement pas plus élevé en forêt que dans le bocage agricole, et elles ne semblent qu’à peine moins nombreuses dans les grandes parcelles, dès lors qu’il y a des haies et des bosquets pour les héberger. »

 


Trois repas de sang

Les tiques femelles, et elles seules, font trois repas de sang au cours des deux à quatre années de leur existence, correspondant aux trois stades de leur développement : de la larve à la nymphe, de la nymphe à l’adulte, et pour la production des œufs. Leur appétit grandissant les dirige au départ vers des petits rongeurs, puis des lièvres et des oiseaux, enfin vers des gibiers plus gros comme les chevreuils et les bovins. Les tiques contractent une bactérie ou un parasite lors de l’un de ces repas, qu’elles transmettent aux animaux, homme compris, lors des suivants. Ce fonctionnement est très complexe à décrypter, car les animaux hôtes ne présentent pas tous la même capacité de réserve d’agents pathogènes. Certaines Borrelia, pour ne citer que cet exemple, sont présentes chez les mammifères de petite et moyenne taille mais jamais chez les ongulés, et ce sont d’autres Borrelia que l’on trouve chez les oiseaux… Pour compliquer encore la donne, les tiques peuvent transmettre certains pathogènes directement à leurs œufs. À noter pour se tranquilliser un peu l’esprit, et même s’il peut y avoir des variations régionales, qu’en moyenne seules 3 % à 5,5 % des tiques analysées ici étaient infectées par l’un des trois agents pathogènes. L’étude montre aussi que la présence de tiques sur un territoire est directement liée au nombre de rongeurs, qui leur servent de garde-manger : plus il y a de rongeurs une année, plus il y a de tiques l’année suivante.

Après ces premiers travaux, Grégoire Perez pense étendre le spectre de ses recherches aux pesticides employés dans l’agriculture : soupçonnés d’affaiblir le système immunitaire des rongeurs, ils pourraient favoriser la circulation des agents infectieux.

retour haut de page

Contact :
Grégoire Perez - Laboratoire Chrono-environnement - Université de Franche-Comté / CNRS

Tél. +33 (0)3 81 66 62 55