Site de l'université de Franche-Comté
En Direct

« L'artisanat à l'époque gallo-romaine »

Vignette du numéro 274 de Janvier 2018

Article publié dans le numéro 274 de Janvier 2018
Voir le sommaire
Télécharger le numéro


Les Gallo-Romains et déjà les Gaulois avant eux maîtrisaient le travail de la céramique, du métal, du verre, du textile, connaissaient les secrets de la salaison et de la fumaison. Autant de savoir-faire qui, mêlés au talent et à l’habileté de ces spécialistes, leur valaient le qualificatif latin d’ars, confondant dans une même dénomination l’artisan et l’artiste.

L’ISTA, l’Institut des sciences et techniques de l’Antiquité de l’université de Franche-Comté, vient d’éditer un DVD expliquant l’ensemble de ces activités, et les fait renaître dans les rue d’Epomanduodurum, l’actuelle Mandeure (25) : une reconstitution 3D de la ville et de la vie qu’on y menait au début de l’Antiquité, réalisée à partir des travaux de recherche et des résultats des fouilles archéologiques entreprises sur le site depuis de nombreuses années.

maison fumoir 3D                   fumoir 3D

Bâtiment à vocation artisanale abritant un fumoir

(Mathay-Mandeure)

 

Reconstitutions 3D, Georges Tirologos, ISTA

Le fumoir à viande

 

Éloignées du cœur de la ville où s’érigeaient le théâtre, les temples et les résidences, les quartiers dédiés à l’artisanat se partageaient en deux zones principales : elles reprennent vie grâce à la modélisation 3D ! Dans une rue commerçante d’Essarté se succèdent les façades des échoppes du marchand de tissu, du verrier, du boulanger, du forgeron…, et les fabriques abritées dans les cours. Dans le quartier du Pont, les fours des potiers et les ateliers des forgerons, des bronziers et des verriers s’activent à nouveau. « Les vestiges, trouvés sur les quelques dizaines d’hectares que représentaient les îlots artisanaux, attestent de la polyvalence des activités dans cette ville de première importance qu’était Epomanduodurum sur le territoire des Séquanes », raconte Georges Tirologos, ingénieur chargé des aspects d’imagerie scientifique à l’ISTA, et responsable du projet DVD. « Et en réalité, ces activités dites artisanales étaient d’une grande ampleur, et faisaient aux IIe et IIIe siècles l’objet d’exportations jusqu’à Rome ! »

Extraction du minerai de fer pour la formation des lingots qui allaient servir de matière première aux forgerons, soufflage du verre à la volée ou dans des moules pour des fabrications en série, intégration d’éléments décoratifs ou de nuances de couleurs pour les objets les plus travaillés, façonnage et cuisson de l’argile pour créer vaisselle et amphores… les techniques et les métiers sont racontés dans leur contexte dans ce DVD à la fois ludique, pédagogique et très documenté, valorisant auprès du grand public les résultats de la recherche scientifique.

 

ISTA, L’artisanat à l’époque gallo-romaine, les ateliers d’Epomanduodurum, PUFC, 2017