Site de l'université de Franche-Comté
En Direct

Besançon, la référence pour les papillomavirus humains

Vignette du numéro 271 de Juillet 2017

Article publié dans le numéro 271 de Juillet 2017
Voir le sommaire
Télécharger le numéro


L’étude des papillomavirus humains (HPV), et de leur rôle dans la survenue de certains cancers, est au cœur des travaux menés depuis près de trente ans au laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du CHU de Besançon, qui vient d’être nommé Centre national de référence (CNR) des papillomavirus humains. Une reconnaissance de la part des plus hautes autorités de santé en France, et de nouveaux défis pour les équipes du Pr Jean-Luc Prétet, responsable du CNR, et du Pr Christiane Mougin, fondatrice du laboratoire et de l’équipe de recherche Carcinogenèse associée aux HPV : facteurs prédictifs et pronostiques.

Le CNR, grâce à une équipe pluridisciplinaire, assure un rôle d’expertise microbiologique, comprenant l’évaluation des tests de détection des HPV et l’identification de nouveaux types de virus ; il remplit une mission de veille de phénomènes ou symptômes liés aux HPV, et fait partie intégrante du dispositif national et international de surveillance épidémiologique des infections à HPV ; enfin le CNR participe à la formation des professionnels de santé, dispense des conseils et diffuse de l’information sur les infections, les maladies liées aux HPV et leurs moyens de prévention, dépistage et vaccination.

Les HPV sont des virus très répandus et particulièrement contagieux, mais généralement éliminés par le système immunitaire. Certaines souches sont à l’origine de près de 80 % des cancers du col de l’utérus, le deuxième cancer de la femme au monde, et leur responsabilité est aussi désormais avérée dans la survenue d’autres cancers.

L’identification de certains virus et la mise en évidence de leur ADN, des découvertes auxquelles ont participé activement les équipes bisontines, ont conduit à la mise en place d’actions de prévention de grande envergure. Grâce à l’implication du Pr Christiane Mougin qui a mené les études économiques, les tests de dépistage des HPV sont remboursés depuis une quinzaine d’années par la sécurité sociale et les campagnes de vaccination se sont généralisées auprès des jeunes filles. Le laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire a été nommé Centre national de référence des papillomavirus humains par arrêté ministériel du 7 mars 2017, pour une durée de cinq ans.


Contact :

Jean-Luc Prétet

CNR  humains

Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire - Université de Franche-Comté

Tél. +33 (0)3 81 66 91 12